Les entretiens de motivation

15-10-20 Calvin & Hobbes - Bill Waterson

Les entretiens de motivation, c’est toujours tendu. T’es stressé à mort mais faut pas le montrer, alors t’essaies de sourire de temps à autre, par exemple quand tu fais une blague (« Non, je n’ai pas choisi de faire mes études à Clermont-Ferrand parce que je ne peux pas vivre sans Saint Nectaire », LOL notez bien que j’ai de l’humour) ou quand tu te rends compte que ça fait cinq minutes que ta bouche s’est réduite à une ligne qui sent l’aigreur dans les coins, comme celle de la tante Gertrude quand elle parle de son premier mari. (suite…)

Publicités

Les offres d’emploi

Ah les candidatures, cette ressource inépuisable de blagues entre recruteurs. Face à son CV, le jeune diplômé désespéré se racle le fond de la mémoire pour trouver quel moment clé de sa vie il faudrait mentionner pour se voir proposer un entretien, et non que le recruteur retourne immédiatement la feuille pour s’en servir de liste de courses. Des questions existentielles naissent : dois-je mentionner la fois où, à six ans, j’ai défendu Michelle dans la cour de récré alors que Jean-Martin s’amusait à tirer sur ses couettes ? De ce moment mémorable où, au collège, j’ai réussi à indiquer à des touristes hollandais où était le supermarché le plus proche, mobilisant toutes mes ressources linguistiques et surtout la force de mes bras que j’agitais vers une vague direction ? Faut-il que j’indique les quatre heures passées à l’entrée d’un supermarché à distribuer des bouts de papier aux clients entrants pour les Caddies du Cœur, en compagnie de Germaine et Gislaine, fières comme tout de leur bel engagement pour la communauté, sachant que je faisais ça uniquement pour pouvoir le mettre sur mon CV ?

Je me souviens encore avec émotion du CV de cette candidate reçu lors d’un de mes stages, qui avait indiqué : Latin : lu, écrit, parlé (rarement). Ou de cette autre candidate qui avait mis une photo d’elle en maillot de bain comme image de fond sur son CV. Si.
Ce qui me laisse à penser qu’il y a plus désespéré que moi, c’est presque rassurant.

On parle beaucoup des candidatures, mais pas assez des offres ; pourtant, le recruteur, cet être taquin, aime décrire précisément le profil du candidat qu’il recherche. Petit florilège de ce que j’ai pu trouver récemment : (suite…)

Japan Matsuri – Dango

15-09-20-Japan-Festival

Japan Masturi (matsuri = festival) à Trafalgar Square à Londres. J’ai pu découvrir que « nourriture trop mignonne » ne se traduit pas forcément par « nourriture avec du goût ». Mais quelqu’un vous demande, vous pourrez dire que cette adorable brochette de boulettes s’appelle « dango ».
Bon dimanche !

Innocence & parfum des roses

IMG_2040A quel moment on la perd, l’innocence ? A quel moment on ne sait plus qu’on ne sait pas, qu’on croit qu’on sait qu’on sait déjà, que je ne sais pas, ce n’est pas soi ? A quel moment il arrive, ce changement imperceptible qui transforme le sourire sur la photo, le visage qui se penche vers la rose ou la main qui glisse dans les cheveux en un geste calculé et déjà dans le résultat plutôt que dans l’instant ? Je sais déjà. Je sais quoi dire, quoi faire, comment plaire, regarde je sais. Mais si, je sais. (suite…)

What are your plans for Sunday night ?

15-04-11-What-are-your-plans-for-Sunday-nightI won’t be available for anything or anyone on Sunday night. So please, choose another moment to lose your dog, get a disastrous haircut, or get dumped by your partner, cause I won’t be offering my shoulder for you to sob on it -except if you sob really silently.
♫ Doodoom doodoodoo dooom doodoodoooom ♪

Learning How to Learn – Apprendre à apprendre, un MOOC pour devenir puissant en tout, même si vous êtes une grosse tanche (en maths, au hasard) [1]

In this article, the rules for good and bad studying are available in French & English 🙂

Comme ma vie est incroyablement remplie en ce moment, je me suis inscrite à des MOOC (Massive Open Online Course). Cette tendance s’est développée récemment et de nombreuses universités du monde entier proposent des cours en ligne gratuits, sous forme de vidéos, avec des sous-titres disponibles en différentes langues. Celui que j’ai terminé récemment s’appelle Learning How to Learn, via la plateforme Coursera, et vous explique comment mieux apprendre, en particulier dans des domaines que vous n’aimez pas. Le cours est maintenant proposé sous la forme « apprenez à votre rythme » : toutes les vidéos sont accessibles dès votre inscription (gratuite toujours) et vous pouvez regarder Barbara Oakley, ses images de zombies qui vous empêchent de travailler et ses chouettes chemises violettes quand vous voulez : https://www.coursera.org/learn/learninghowtolearn

15-02-13 Learning how to learn

Je vais rapporter ci-dessous les dix règles pour bien et mal étudier (oui, il y a des règles pour mal étudier). (suite…)

La panne

11-27-14 La panne

J’ai eu une panne. Une vraie panne, pas la petite qui fait que l’autre personne dans le lit te regarde avec surprise et te demande si c’est l’emplacement de son nouveau piercing qui te perturbe. Pas la panne que tu mets sur le compte du SPM, de Saturne en Flemme Majeure ou du hérisson sur lequel tu as malencontreusement roulé avant d’étaler ses tripes sur cent mètres, et qui passera avec une bonne nuit de sommeil et une cure détox spécial hiver. La panne d’inspi, la panne d’envie, la panne de vie. Le moment où tu te rends compte que ça fait deux semaines que tu glisses insidieusement vers le statique. (suite…)

Nos grands vols rêvés

11-18-14 Nos grands vols rêvés

On nous en a promis des choses. On aimait les entendre, on aimait en parler, les imaginer, rêver. Parce que ça avait l’air chouette tout ça, d’être grands, de pouvoir faire ce qu’on voulait. Qu’est-ce qu’on l’a exploré, le monde, entre les murs d’une salle de classe, de la cafèt’, d’un bar ou de notre chambre. Derrière les os plus ou moins bien assemblés de nos petites boîtes crâniennes, on le voyait notre avenir, oh pas forcément très clairement, mais on savait qu’un jour, on serait quelqu’un, on serait soi, on ne renoncerait pas. Ah ça oui, on allait leur montrer, parce que nous on savait, on avait compris, et qu’on était différents de ceux d’avant. (suite…)

The perks of being a wallflower

« Cause I know there are people who say all these things don’t happen. And there are people who forget what it’s like to be sixteen when they turn seventeen. I know this will all be stories someday, and our pictures will become old photographs. We’ll all become somebody’s mum and dad. But right now, these moments are not stories. This is happenning. I am here, and I’m looking at her, and she is so beautiful.
I can see it. This one moment when you know you are not a sad story. You are alive. And you stand up and see the lights on the buildings and everything that makes you wonder. And you are listening to that song on that drive with the people you love the most in the world. And in this moment, I swear, we are infinite. »

Stephen Chbosky

11-18-14 The perks of being a wallflower

We can be heroes, just for one day. We can be us, just for one day.

Stop saying

11-05-14 Stop Saying

Just stating the obvious today, but hey, if you see this it means you can read, you have access to the internet and a few minutes to spare. « C’m’on, tell me something I don’t know », you’d say; see, you’re complaining again :3
Why not trying to smile at people today, make compliments, and ask a few genuine « how are you? » ?

Wish you a very nice day!